Auteur Sujet: Bleach: Can’t Fear Your Own World  (Lu 12066 fois)

Hors ligne Hahonryu

  • BMX Team
  • Etudiant à l'Académie
  • ********
  • Messages: 564
  • Reiatsu: 35
  • Sexe: Homme
  • Là et pas l�
    • Bleach-Mx
Bleach: Can’t Fear Your Own World
« le: vendredi 28 avril 2017, 20:24:35 »
Le roman Bleach: Can’t Fear Your Own World écrit par Ryohgo Narita sous la supervision de Tite Kubo. Le roman est lancé à la fois sur l’app du Shonen Jump+ ainsi que sur la Bleach app le 28 Avril. Les applications seront mises à jour avec de nouveaux chapitres chaque vendredi.

Comme nous vous l’avions déjà dit le roman de Narita sur Shūhei Hisagi, parlera d’un nouveau combat alors qu’un mystère que Kaname Tôsen avait laissé derrière lui refait surface. L’histoire révélera plus de
détails sur les quatre familles nobles, le Roi Spirituel, les Arrancars et les Fullbringers.


Le premier chapitre:

- The introduction takes place just after the war ended
- The Soul King's death is kept secret from Soul Society inhabitants and most of the Shinigami soldiers
- Ichibe oversees the preparations for the new lynchpin in the Throne Room
- Shunsui appears and has a talk with Ichibe
- Ichibe's original plan for the "worst case scenario" was to seal Ichigo as the new Soul King
- Ichigo being sealed is what Shunsui meant when he told Ichigo's friends he may not be able to return
- Ichibe thought Ichigo would definitely lose against Yhwach
- There was no need to use Ichigo as the Soul King because Yhwach completely absorbed its powers
- Shunsui looks at the "lynchpin" and asks Ichibe whether what he's doing is obeying to the will of the Soul King or the will of the first Heads of the Five Noble Houses
- (unsure about this part) Ichibe asks Shunsui if he has the same hostility towards the current Heads, but Shunsui replies he considers them to be his friends and comrades in the Gotei 13, and that they shouldn't hold the burden of their ancestors' sins


- Grimmjow storms into the Throne Room, he's followed by Neliel and Harribel
- The Wandenreich building where Harribel was imprisoned was brought to the Soul King Palace when Yhwach remodeled it
- Nobody knows why Harribel was captured now that Yhwach is dead
- Neliel rescued Harribel
- Grimmjow confronts Ichibe because he believes the Shinigami will turn on them now
- Ichibe calmly tells him they can go back to Hueco Mundo
- Ichibe explains that purifying Hollows and the millions of souls they hold in the present condition would upset the shaky balance of the worlds
- Grimmjow still wants to settle things with Ichigo
- Harribel looks at the lynchpin preparation and says she can understand why Aizen would hate that
- Harribel wants to pay back her debt to the Shinigami (?), but Shunsui replies it's all right as long as they just lay low in Hueco Mundo
- The Hollow group leaves
- Ichibe leaves the Throne Room to wake up the other Royal Guards
- Shunsui questions what he meant by "wake up", as he thought they had been killed by the Schutzstaffel
- (really unsure about this part) Ichibe explains that the Royal Guards have had their reiatsu fused with the Soul King Palace, so as long as something remains of the Palace, they'll get revived after hearing their names
- Shunsui comments they narrowly escaped death this time, because if Yhwach had survived the battle, the last remnants of the Palace would have been replaced by Wahrwelt


- Oetsu got revived by Ichibe, he is deep under his Phoenix Palace with Mera
- A special zanpakuto was sealed in the ocean Ichigo evaporated, but its seal was destroyed and the sword stolen while Oetsu was away
- The zanpakuto soldiers who were left to guard it were all defeated, they're being healed by Tokie and Nonomi (Oetsu's zanpakuto assistants)
- Oetsu is angered, but it's "different from the time he was facing Yhwach"
- The wounds on the zanpakuto guards are strange, some have burns, some have parts of their body frozen, some are paralyzed, poisoned, have holes in their body, or had their limbs crushed
- Mera suspects the enemy attacked with large numbers, but one of the guards regains consciousness and corrects her, explaining there was only one attacker
- Mera doesn't believe a single person could have so many different abilities, but Oetsu seems to have an idea who the thief could have been
- The stolen zanpakuto is named "Ikomiki Domoe" (已己巳己巴)
- Oetsu suspects the thief is from one of the Four Noble Houses


- Several days after the end of the war, the remaining Lille birds that fell from the Palace have been eliminated
- Orihime has helped the 4th division heal the Shinigami soldiers, even reviving some of them. However, bodies that have been almost completely destroyed or were outright annihilated can't be revived
- In the end, despite Orihime's efforts, the Shinigami still suffered many losses
- Shunsui talks for a bit with Aizen before sending him to Muken, Shunsui is wary because even Aizen's "words" can be part of a plan
- Aizen wished he could have talked more with Ichigo, but Urahara didn't let him
- Ichigo should've been the one to seal him, but it was too risky to give Aizen an opportunity to mess with his inner Hollow
- Ichigo is currently staying at the Shiba Shrine with Isshin and Orihime
- Shunsui sarcastically tells Aizen "Well then, I pray that you'll be an ally of Soul Society after you finish your sentence", but Aizen doubts Soul Society will still be around by then
- Aizen asks Shunsui if he saw Soul Society's original sin in the Soul King Palace
- Shunsui notices Aizen has the same expression as Harribel, but he doesn't want to answer his question because other Shinigami are present
- Aizen mocks Shunsui as he seems to not be comfortable talking about Soul Society's sins, but Hisagi appears and interrupts him
- Hisagi had been healed by Orihime, but it took a few days for him to recover his reiatsu, so he had been in a coma since Lille shot him
- Kensei still is a zombie, and is currently undergoing treatment in Mayuri's recovery pod
- Hisagi rushed to see Aizen after waking up, because he wanted to talk with the man Tosen decided to follow
- Hisagi asks Aizen how he could have manipulated Tousen into joining him, but Aizen explains Tousen was working with him since before Hisagi joined the Shinigami
- Hisagi is conflicted, he thinks back to Komamura telling him to let go of his revenge, but he can't forgive Aizen


  Spoiler!Hide
- Hisagi is angered, and tells Aizen that even though he helped out against Yhwach, he'll be his enemy for all eternity as the man who killed Tousen
- Aizen smiles and replies "Aren't you talking about eternity too lightly? After all, even Tousen's beliefs weren't eternal."
- Hisagi is furious, but Aizen says he seems to be misunderstanding something
- He didn't kill Tousen to punish him for being defeated, killing him was "his mercy"
- Neither Hisagi, Shunsui, nor the other Shinigami understand what he meant
- Hisagi asks him what that "mercy" was, and Aizen explains that if he had let Tousen leave back then, he'd have undoubtedly been healed by Orihime or Unohana. But if Tousen had survived, he'd have fallen into despair and been tormented by his own heart. As such, killing him was an act of mercy for his most loyal subordinate.
- Hisagi still doesn't really get what he means, so Aizen tells him the time will come when he will understand everything about the Soul Society and the Shinigami
- Shunsui has had enough of Aizen talking and instructs the Shinigami to take him down to Muken
- Hisagi requests to be able to ask him more questions, but Soi Fon shunpo's behind him, twists his arm and berates him for disturbing the order
- Hisagi realizes she's right, he wouldn't be able to get anything out of Aizen when he got so furious over simple words
- Hitsugaya adds that he should be holding his sword out of duty, and not out of hatred
- Aizen is taken away, his last words to the Shinigami being "If you want to see the truth, you will have to sacrifice your own blood and soul."
- Most of the Shinigami dismiss Aizen's words as nonsense, but the Captains realize he's not the kind of man to say pointless things
- Aizen's words are "like loose poison that remains in the mind". But in Hisagi's case, that poison "invited him to a fight". "It was only six months after the end of the war that he would face the reality."

Hors ligne Hahonryu

  • BMX Team
  • Etudiant à l'Académie
  • ********
  • Messages: 564
  • Reiatsu: 35
  • Sexe: Homme
  • Là et pas l�
    • Bleach-Mx
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #1 le: vendredi 28 avril 2017, 22:16:46 »
Résumé chapitre 1

Le roman débute juste après la fin de la guerre.

La mort du Roi Spirituel est gardé secret des habitants de la Soul Society et de la plus part des Shinigamis.

Ichibei coordonne les préparations pour le nouveau support de la salle du trône.

Shunshui apparaît et a une discussion avec Ichibei.

Le plan d'Ichibei dans le "pire des scénarios" était de sceller Ichigo et d'en faire le nouveau Roi Spirituel.

Ichigo devait être scellé, c'est ce que Shunsui voulait dire quand il a dit aux amis d'Ichigo qu'il se pourrait qu'il soit possible qu'il ne revienne pas.

Ichibei pensait qu'Ichigo allait sûrement perdre contre Yhwach.

Il n'a pas eu besoin d'utiliser Ichigo comme Roi Spirituel parce que Yhwach a complètement absorbé ses (du Roi Spirituel) pouvoirs.

Shunsui regarde le "réceptacle" et demande à Ichibei si ce qu'il fait c'est pour obéir à la volonté du Roi Spirituel ou si c'est la volonté du premier Chef des quatre familles nobles.

~Ichibei demande à Shunsui s'il a la même hostilité envers les chefs actuels, mais Shunsui dit qu'il les considère comme étant ses amis et camarades du Gotei 13, et qu'ils ne devraient pas porter le fardeau des pêchés des leurs ancêtres.



Grimmjow arrive avec fracas dans la Salle du Trône, il est suivi par Neliel et Harribel.

Le bâtiment du Wandenreich où Harribel était emprisonnée avait été amené au Palais du Roi Spirituel quand Yhwach l'a remodelé.

Personne ne sait pourquoi Harribel avait été capturée maintenant qu'Yhwach est mort.

Neliel a secouru Harribel.

Grimmjow se confronte à Ichibei parce qu'il pense que les Shinigamis vont se retourner contre eux maintenant.

Ichibei lui dit calmement qu'ils peuvent retourner au Hueco Mundo.

Ichibei explique que purifier des Hollows et des millions d'âmes qu'ils gardent au moment présent déstabiliserait la fragile balance des Mondes.

Grimmjow veut toujours régler ses comptes avec Ichigo.

Harribel regarde les préparations du réceptacle et dit qu'elle peut comprendre pourquoi Aizen aurait détesté ça.

Harribel veut payer sa dette aux Shinigamis, mais Shunsui répond que ça va tant qu'ils restent au Hueco Mundo.

Le groupe d'Arrancar s'en va.

Ichibei sort de la Salle du Trône pour réveiller la Garde Royale.

Shunsui lui demande ce qu'il veut dire par "réveiller", comme il sait qu'ils ont été tués par le Schutzstaffel.

~Ichibei explique que la Garde Royale a leur reiatsu fusionné avec le Palais du Roi Spirituel, alors tant qu'il reste quelque chose du Palais, ils peuvent être ressuscités après avoir entendu leurs noms.

Shunsui indique qu'ils ont de justesse échappé à la mort cette fois-ci, parce que si Yhwach avait survécu à la bataille, les derniers reste du Palais auraient été remplacés par le Wahrwelt.




Ces illustrations ne sont pas de Kubo mais d'un fanartiste Ken-1

Ôetsu, qui a été ressuscité par Ichibei, est dans les soubassements de son Palais du Phoenix avec Mera.

Un Zanpakutô spécial était scellé dans l'océan qu'Ichigo avait fait évaporé, mais le sceau a été détruit et le sabre a été volé lorsque Ôetsu était absent.

Les soldats qui gardaient le zanpakutô ont tous été vaincus, ils sont soignés par Tokie et Nonomie (Les Zanpakutô assistantes de Ôetsu)

Ôetsu est énervé, mais différemment de la "fois où il a affronté Yhwach."

Les blessures sur les gardes du zanpakutô sont étranges, certains ont des brûlures, d'autres ont des parties de leurs corps gelés, certains sont paralysés, empoisonnés, d'autres ont des trous dans le corps ou des membres écrasés.

Mera soupçonne que l'ennemi ait attaqué en nombre, mais un des gardes qui a repris conscience la corrige, en expliquant qu'il y avait qu'un seul assaillant.

Mera n'arrive pas à croire qu'une seule personne puisse avoir autant de capacités différentes, mais Ôetsu semble avoir une idée de qui peut être le voleur.

Le zanpakutô volé s'appelle "Ikomiki Domoe" (已己巳己巴)

Ôetsu soupçonne que le voleur vient d'une des Quatre Familles Nobles.



Plusieurs jours après la fin de la guerre, les reste des oiseaux de Lille qui sont tombés du Palais sont finalement éliminés.

Orihime a aidé la 4e Division à soigner les Shinigamis, en ressuscitant même certains d'entre eux. Cependant, les corps qui ont quasiment été détruits ou carrément annihilés ne peuvent être ressuscités.

Au final, malgré les efforts d'Orihime, les Shinigamis ont souffert d'énormes pertes.

Shunsui parle un peu avec Aizen avant de l'envoyer au Muken. Shunsui est inquiet car les "mots" d'Aizen peuvent être une partie d'un plan.

Aizen souhaitait pouvoir parler un peu plus avec Ichigo, mais Urahara ne l'a pas laissé faire.

Ichigo aurait dû être celui qui le scelle, mais c'était trop risqué de donner à Aizen l'opportunité d’interagir avec son Hollow intérieur.

Ichigo est en ce moment au temple des Shiba avec Isshin et Orihime.

Shunsui dit avec sarcasme à Aizen:"Eh bien, je prie pour qu'un jour tu deviennes un allié de la Soul Society après avoir purgé ta peine." mais Aizen répond qu'il doute que la Soul Society soit encore là quand il sortira.

Aizen demande à Shunsui s'il a vu le péché originel de la Soul Society dans le Palais du Roi Spirituel.

Shunsui remarque qu'Aizen a la même expression qu'Harribel, mais il ne veut pas répondre à sa question parce que d'autres shinigamis sont présents.

Aizen se moque de Shunsui comme il mal à l'aise de parler des péchés de la Soul Society, mais Hisagi apparaît et l'interrompt.

Hisagi a été soigné par Orihime, mais ça lui a pris quelques jours pour retrouver son reiatsu, alors il a été dans le coma depuis le moment où Lille Barro lui a tiré dessus.

Kensei est encore un zombie et il est en ce moment sous les traitements de la capsule de régénération de Mayuri.

Hisagi a couru pour voir Aizen après qu'il se soit réveillé, parce qu'il voulait parler avec l'homme que Tôsen avait choisi de suivre.

Hisagi demande à Aizen comment il a pu manipuler Tôsen pour qu'il le rejoigne, mais Aizen explique que Tôsen travaillait avec lui même avait qu'Hisagi ne rejoigne les Shinigamis.

Hisagi se questionne, il pense à la fois où Komamura lui a dit de laisser partir cette vengeance, mais il ne peut pas pardonner à Aizen.




Hisagi est énervé et dit à Aizen que même s'il a aidé contre Yhwach, il sera son ennemi pour toute l'éternité comme étant l'homme qui a tué  Tôsen.

Aizen sourit et répond:"Ne parles-tu pas d'éternité avec un peu trop de légèreté ? Après tout, mêmes les croyances de Tôsen n'étaient pas éternelles".

Hisagi est furieux, mais Aizen dit qu'il semble se méprendre sur quelque chose.

Il n'a pas tué Tôsen pour le punir d'avoir été vaincu, il l'a tué par "compassion."

Ni Hisagi, ni Shinsui ne comprennent ce qu'il veut dire.

Hisagi lui demande qu'est-ce que c'était cette "compassion", et Aizen répond que s'il avait laissé Tôsen en vie à ce moment, il aurait sans aucun doute été soigné par Orihime et Unohana. Mais que si Tôsen avait survécu, il aurait alors plongé dans le désespoir et aurait été tourmenté par les choix de son propre cœur. En tant que tel, le tuer était un acte de compassion pour son subordonné le plus loyal.

Hisagi ne comprend toujours pas ce qu'il veut dire, alors Aizen lui dit qu'au moment venu, il comprendra tout ce qui concerne la Soul Society et les Shinigamis.

Shunsui a assez entendu Aizen parler et demande aux shinigamis de le descendre dans le Muken.

Hisagi demande d'avoir la possibilité de lui poser d'autres questions, mais Soi Fon apparaît avec un shunpô derrière lui, lui tord le bras et le réprimande pour déranger les ordres.

Hisagi se rend compte qu'elle a raison, il n'aurait rien eu de plus d'Aizen puisqu'il est si furieux pour de simples mots.

Hitsugaya ajoute qu'il devrait porter son sabre du devoir et non celui de la haine.

Aizen est amené, ses derniers mots pour les Shinigamis "Si vous voulez voir la vérité, vous aurez à sacrifier votre propre sang et votre âme."

La plus part des Shinigamis voient les mots d'Aizen comme ayant aucun sens, mais les Capitaines se disent qu'il n'est pas le genre d'homme à dire des choses sans importance.

Les mots d'Aizen sont "comme le poison s'écoulant lentement dans l'esprit." Mais dans le cas d'Hisagi, ce poison "l'invite au combat". "Ce fut que six mois après la fin de la guerre qu'il pourrait faire face à la réalité."

Fin du chapitre 1

Hors ligne Barragan

  • Segunda
  • BMX Team
  • Habitant du Rugonkai
  • ********
  • Messages: 180
  • Reiatsu: 5
  • Sexe: Homme
    • Bleach-Mx
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #2 le: vendredi 12 mai 2017, 23:59:33 »
Résumé chapitre 2



Hors ligne LordCaelistis

  • Âme errante
  • *
  • Messages: 4
  • Reiatsu: 0
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #3 le: mardi 22 août 2017, 23:55:56 »
Voici une petite traduction du prologue par mes soins. Me basant par une version anglaise, elle est loin d'être parfaite ; cela dit, elle devrait donner une bonne idée des dialogues et descriptions. Dépassant la limite de caractères, j'ai du le séparer en plusieurs parties. Enjoy !

_____________________________________________________________________

“Ne recherchez pas l’esthétisme dans l’art de la guerre.
Ne recherchez pas la vertu dans la mort.
Ne pensez pas que votre vie est vôtre.

Si vous souhaitez protéger les chefs des Cinq Familles Nobles, alors vous devrez massacrer chaque ennemi depuis le couvert de l’ombre des feuilles.”

— Extrait de l’ancienne édition du manuel de l’Académie Shino, encyclopédie des régulations des shinigami.

“Ne recherchez pas l’esthétisme dans l’art de la guerre.
Ne recherchez pas la vertu dans la mort.
Ne pensez pas que votre vie est vôtre.

Si vous souhaitez protéger ce que vous devez protéger, alors vous devrez abattre l’ennemi en frappant par derrière.”

— Extrait de la dernière édition du manuel de l’Académie Shino, encyclopédie des régulations des shinigami.

Prologue

Il était une fois une bataille. Une grande guerre entre ceux qui se proclamaient Dieux de la Mort et ceux qui anéantissaient les esprits maléfiques. Le conflit cessa lorsque les deux partis perdirent leurs Rois respectifs, lors de la dernière bataille d’une guerre qui dura un millénaire.

Cette grande perte força les shinigami et les Quincys à entamer une nouvelle ère, une nouvelle relation.

Il est dit que c’est le même guerrier qui tua les deux rois. Il n’était ni shinigami ni Quincy, mais seules quelques personnes le savent, même aujourd’hui.

Il y avait un jeune shinigami remplaçant, invité du Gotei 13, qui vainquit le meneur de l’armée rebelle nommée Vandenreich, qui avait envahi la Soul Society – seule cette information fut répandue à travers la Soul Society, avec la proclamation que le Gotei 13 avait défendu le Palais du Roi des Âmes avec succès.

Autrement dit, la mort du Roi des Âmes devait être dissimulée à tout jamais par les représentants des fondations de la Soul Society, afin d’éviter la confusion et le désordre au sein du peuple et des troupes.

Même maintenant, bien des habitants de la Soul Society (y compris les soldats ordinaires) croient encore que le Roi des Âmes est protégé au sein de son palais.
Ne connaissent la vérité que quelques shinigami, comme les capitaines et officiers supérieurs, ou certains hauts dignitaires ou fonctionnaires du Seireitei. Aucun d’eux n’ose exposer la vérité au grand jour. Ainsi, la tranquillité d’esprit du peuple n’est pas perturbée.

A partir de cette journée historique, la résurrection du Seireitei (qui fut totalement dévasté par la guerre) put commencer.

Que la décision des hauts-gradés, qui décidèrent que perdre le soutien moral du peuple fut inacceptable, soit juste comme ils l’espéraient – hé bien, cela devra être jugé par l’Histoire, dans une décennie ou bien un siècle.

Cette série de conflits qui serait subséquemment connue comme la “Grande Guerre de Protection du Roi des Esprits” amena le monde à conclure ces affaires.

Retournons donc au moment qui suivit immédiatement la conclusion de la guerre.

Stèle principale – Palais du Roi des Âmes

A l’emplacement précis où l’ancien Roi des Âmes était consacré, les soldats saints (les shinpei) s’égosillaient et s’affairaient dans tout les sens.

Il y avait un membre de la Division 0, Hyosube Ichibe, surnommé le ‘Moine aux Véritables Noms’ (soit le grand prêtre) – il caressait sa longue barbe drue d’un noir profond, alors qu’il dévisageait sans un mot la ‘chose’ au centre de la pièce.
Dans son dos, il entendit une voix l’appeler d’un ton décontracté.

“Oh, seigneur… voila donc le nouveau Roi des Âmes, grand prêtre?”

Le grand prêtre se retourna pour voir par-dessus son épaule. Là se tenait un homme portant un cache-oeil pour dissimuler son orbite droite – Shunsui Kyoraku.

“Hé, tu es déjà capable de bouger de nouveau? Hmm, oui, tu ferais un bien piètre général dans le cas contraire,” remarqua le grand prêtre avec un sourire resplendissant.

Il répondit à la question de son compagnon en vérifiant où se portait le regard de Kyoraku; il n’était pas sur le moine, mais sur le centre de l’espace où s’attelaient les soldats saints.

“Tu l’as déjà compris. Le Roi des Âmes n’est ni ancien, ni nouveau. Il est crucial que ce que nous appelons Roi des Âmes continue à régner ici.”
“N’êtes-vous pas l’homme qui déclara un jour… que toute puissance se trouve au sein des noms?” continua Kyoraku, arborant une expression complexe, et passant à un langage plus honorifique.
"…C’est pour cela que dans le pire des cas, c’est notre cher Ichigo qui aurait été scellé à cet emplacement, et sous ce nom. Si cela avait été le cas, tu l’aurais accepté, n’est-il pas?”

Le grand prêtre l’avait informé sans la moindre pression des différents scénarios dans lesquels Ichigo serait nommé Roi des Âmes. Toutefois, ce mot ne semblait pas porter une once d’émotion dans la voix du moine.
Et alors, il ria dans un sourire plein de dents alors qu’il évoquait Ichigo Kurosaki.

“Je suis aussi content que toi pour le garçon. Atteindre un point où ne pourrions même plus lui parler serait quelque peu solitaire pour lui, n’est-ce pas?”
“Plus que cela. Ainsi, je n’aurai pas à endurer le ressentiment des amis d’Ichigo Kurosaki. Cela allégera considérablement ma conscience.”
“Ah, tu leur as donné ces passes pour la Soul Society, n’est-ce pas? Taisons donc cette histoire aux 46 et aux nobles.”
“…seigneur, comme c’est attentionné de votre part, grand prêtre.”

La position de Roi des Âmes. Ce n’est en aucune façon une bénédiction ou un cadeau, bien loin de cela, en vérité. Kyōraku considérait cela comme la pire issue possible du conflit, en ce qui concernait Ichigo. En regardant la ‘chose’ devant lui, ce fait fut rappelé à Kyoraku, encore une fois.

Se préparant au pire, Kyoraku fit don aux proches humains d’Ichigo des outils spirituels spéciaux nommés ‘tickets d’âme’. Ces tickets permettent de voyager librement entre le Monde Humain et la Soul Society. Des recherches ont été menées pour améliorer la technologie précédemment utilisées pour transférer en toute sécurité les humains vivants à Soul Society, et les tickets d’âme sont le fruit plutôt pratique de ces recherches.

Kyoraku plongea doucement ses yeux dans le vide, se remémorant la rencontre avec les amis d’Ichigo lorsqu’il dut les informer de cette possibilité. ‘Selon la nature de ses pouvoirs, il se pourrait qu’il lui devienne impossible de revenir dans votre monde.’

Il avait dit lui-même qu’il n’était pas venu pour plaisanter. Cependant, un des jeunes garçons, qui avait pourtant l’air le plus bête était aussi profondément empli de rage.

‘Vous ne plaisantez pas, mais comment espérez-vous que nous puissions lui dire adieu si facilement?!’

Contrastant son camarade qui s’enrageait pour Ichigo, le garçon aux cheveux noirs gardait obstinément foi en Ichigo, sans troubler le calme de ses yeux. A ses côtés se trouvait une jeune femme qui, bien qu’elle s’angoissait de l’avenir d’Ichigo, était plus préoccupée pour la famille Kurosaki que pour elle-même.

—- Ces chers Chad et Orihime sont tout autant fidèles à Ichigo, il est vraiment chanceux en amitié, hein?

—- c’est très certainement parce que ces jeunes sont captivés par notre cher Ichigo…

En considérant les jeunes humains, Kyokaku était rassuré pour Ichigo, une des personnes clé qui avaient mis fin à la guerre. Kyoraku releva ses yeux alors qu’il s’adressait au grand prêtre.

“Plus que tout, il est rassurant qu’Ichigo ne fut pas celui qui dut être découpé par le grand prêtre et sa cohorte,” déclara Kyoraku sans hésitation d’une manière des plus curieuses.

Sans le confirmer ou l’infirmer, le grand prêtre frotta son crâne chauve en riant.

“Vu que je ne suis pas Yhwach, je suis incapable de voir le futur… Enfin, techniquement parlant, Ichigo Kurosaki n’aurait pas du pouvoir gagner, et aurait du perdre. ”
“Grand prêtre…”
“Alors, d’aussi loin que le garçon est concerné, il est bien chanceux qu’Yhwach ait réussi à voler toute la puissance du Roi des Âmes. C’est pour cette raison, sans même considérer la victoire au combat d’Ichigo Kurosaki, que la Soul Society et les autres dimensions ne sont pas irrémédiablement disloquées.” Alors qu’il disait cela, le grand prêtre commença à frapper des mains en direction de la chose au centre.

Derrière le grand prêtre, dont les yeux s’étaient clos avec le battement clair de ses mains, en prière, Kyoraku tenta de le questionner plus avant.

“Grand prêtre, est-ce là la volonté du Roi des Âmes?”
“Hmm…”
“Ou bien… c’est le testament des fondateurs des cinq grandes maisons nobles?”

La langue de Kyoraku glissa et le langage honorifique disparut. Le grand prêtre répondit, réservé.

“Ce genre de choses, notre façon de respecter les hauts dignitaires nobles. Tu ne peux me cacher ton hostilité. Perçois-tu Byakuya Kuchiki et Yoruichi Shihoin de la même façon?”
“En ce qui les concerne, je n’ai nulle place pour de telles pensées. Ce sont des camarades du Gotei 13, et de précieux amis.”

Il sourit sèchement en hochant la tête. Il continua de parler, d’un ton de voix plus bas.

“Ils n’ont rien à voir avec les actions de leurs ancêtres, mais d’un autre côté, les péchés de leurs aïeux sont bien réels. Ai-je donc raison, grand prêtre?”
“Tu dis cela, mais dans tout les cas, il n’y a plus un seul fondateur des cinq grands clans en vie…”
Au moment où le grand prêtre dit cela, une explosion assourdie retentit à travers le palais.
“ ! ”

Lorsque Kyoraku se tourna dans la direction du bruit, il put sentir différentes pressions spirituelles différentes de celle d’un shinigami dans la même direction.
 
Sous leur regard s’étendait une section encore fusionnée avec le Vandenreich. Une portion de mur était détruite, et une épaisse fumée blanche en émanait. Alors, quelques silhouettes blanches émergèrent du mur détruit, hors de la fumée blanche.
Les soldats saints, en alerte, dégainèrent leurs épées comme un seul homme, adoptant une position de combat pour défendre le palais. Toutefois, le grand prêtre les commanda de sa voix forte.

“Ah, nul besoin de vous sentir concernés. Ce ne sont pas des adversaires à vaincre.”

Une des silhouettes blanches avait déjà bondi en leur direction. Il fit claquer sa langue, comme s’il goûtait un air vicié.

“Tch… quoi? Vous allez pas vous battre?”

La silhouette blanche rappelait une bête sauvage – Grimmjow Jaegerjaquez dévisagea le moine et Kyoraku d’un regard à fendre l’acier alors qu’il se réceptionnait à terre.
Grimmjow mit la main sur son Zanpakuto, et alors un petit Bala vint frapper l’arrière de son crâne.

“Gaah…!?”

Grimmjow se retourna, choqué qu’il fut frappé à la tête. Là se tenait l’Arrancar femme qui avait rejoint la lutte à Soul Society en même temps que lui, Nelliel Tu Odelschwanck. Avec sa main gauche pointée en sa direction, il était évident que c’était elle qui avait tiré ce Bala.

“Nelliel, pourquoi est-ce que tu…!”
“Tu cherches à te battre à un moment pareil? Avec la mort du Roi des Quincys, c’est nous qui sommes le plus grand corps étranger aux shinigami maintenant.”
“Alors quoi, hein? Si ça te fait flipper, t’as qu’à prendre ton paquet, ouvrir un Garganta et te tirer d’ici.”

Ce que Grimmjow appelait un ‘paquet’ était une autre Arrancar femme, que Nelliel portait sur son épaule gauche. Comme Nelliel en son temps, Tier Harribel détenait le titre d’Espada 'no. 3’.
Lorsque le Vandenreich avait envahi le Hueco Mundo, Harribel s’était tenue à l’avant-garde durant la bataille. Elle en supporta toute la violence – toutefois, elle fut affaiblie par l’écrasante puissance d’Yhwach. Après sa défaite, elle fut capturée par les Quincys comme symbole de l’oppression de la domination du Hueco Mundo.


Hors ligne LordCaelistis

  • Âme errante
  • *
  • Messages: 4
  • Reiatsu: 0
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #4 le: mardi 22 août 2017, 23:57:03 »
Lorsqu’il avait remodelé le Palais du Roi des Âmes selon son bon plaisir, Yhwach avait incorporé une prison dans son château, dans laquelle elle fut détenue comme prisonnière.
Que ce soit pour enseigner aux Arrancars une leçon, ou simplement pour la briser et la remodeler comme membre de l’avant-garde Quincy, nul ne le sait. Yhwach avait emporté ses plans secrets dans la tombe.
Ce qui était certain, c’est qu’elle était en vie, et qu’elle était maintenant libérée grâce aux efforts de Nelliel, qui était arrivée avec Ichigo Kurosaki et ses alliés.
 
Nelliel avait bien sauvé Harribel, qui était la nouvelle reine du Hueco Mundo. Mais la situation actuelle lui inspirait des sentiments divergents.
Que les anciens subordonnés d’Aizen, qui avait monté son armée dans le seul but d’atteindre le Palais du Roi des Âmes, y étaient arrivés avant lui la rendait totalement perplexe. Elle s’adressa à Grimmjow, qui restait hostile envers les shinigami.

“Tu provoques des adversaires qui sont encore épuisés de leur guerre contre les Quincys? Est-ce là l’idée que tu te fais d’un combat satisfaisant?”
“……Tch. Comme t’es sentimentale. Enfin, tu crois que ces types vont juste faire semblant de pas nous voir? Epargne-moi tes histoires, au moment où on se tourne pour partir, ils nous plantent un katana dans le dos.”

Ce fut l’homme chauve à la barbe noir d’encre et de nature joviale qui lui répondit.

“Hé, pas d’inquiétude à avoir, nous ferons semblant de ne pas vous voir aussi longtemps qu’il vous plaira. Si vous le souhaitez, nous pouvons même vous escorter jusqu’au Hueco Mundo, cela ne nous pose aucun souci.”
“…hein ? Vous vous prenez pour qui, hein? Nous prenez pas à la légère.”

‘Parce que nous sommes blessés, nous ne sommes même pas considérés comme une menace.’
C’est ainsi que Grimmjow prit la remarque. Il dévisagea le vieil homme chauve, sa soif de sang débordant de son corps, de ses muscles. Mais l’homme en question répondit sans se démonter, mettant facilement cette soif de sang de côté.

“Bien au contraire, c’est l’opposé qui est vrai. Même si nous purifiions ou exterminions une large quantité de Hollows, cela mènerait tout de même à notre ruine. Dans l’état actuel des choses, l’équilibre des trois plans d’existence s’écroulerait très certainement si nous nous lancions dans une telle entreprise.”
“……”

Grimmjow resta silencieux pendant un bref moment, puis il fit claquer sa langue en mettant sa soif de sang sous contrôle, que cela lui plaise ou non. Il semblerait qu’il préfère régler ses affaires avec Ichigo Kurosaki plutôt que de perdre son temps au palais.

C’est en tout cas ce que devinait Nelliel. S’il le fallait, elle songeait à l’assommer par surprise et à le traîner de force jusqu’au Hueco Mundo. Soudainement, Harribel, qui se penchait sur son épaule pour ne pas tomber, posa une question.

“…est-ce que c’est ce que vous allez appeler le Roi des Âmes?”

Elle murmura ses mots, comme s’il elle se parlait à elle-même.
Ses yeux se tournèrent vers le chose qui étaient scellée au centre, au-delà des shinigami.

“…une telle chose est au cœur de la Soul Society?”
“Hmm, dame Arrancar. Pouvez-vous encore tolérer une telle chose?” s’enquerra l’homme chauve en grattant sa barbe. A ses mots, Harribel secoua doucement la tête.

“…en cet instant, je ne suis qu’un soldat vaincu. Je ne suis pas qualifiée pour dire quoi que ce soit. Mais je comprend pourquoi l’homme qui était notre maître détestait cette chose avec tant de ferveur.”

Harribel se sépara de l’épaule de Nelliel, et sur ses propres jambes, tourna le dos aux shinigami.

“Nous vous avons dérangés…Un de ces jours, nous vous rembourserons notre dette.”
“Ah, il n’y pas de problème. En ce qui concerne ce truc là-bas, ce serait fantastique si vous puissiez ne pas en parler au Hueco Mundo. De plus, si vous tenez à montrer votre gratitude, ne nous remerciez pas. C’est à ce cher Ichigo Kurosaki que vous devriez dire cela.”

Après que Kyoraku ait dit cela, les Arrancars se dirigèrent vers la sortie, quittant d’eux-même la salle du Roi.

Ils continuèrent avec leurs disputes ordinaires, que l’on pouvait encore entendre. “Ah, c’est vrai… j’dois rembourser une dette à ce connard de Kurosaki…”, pouvait-on entendre dire l’homme, bien qu’il parlait d’un genre de dettes différent de celui qu’évoquait Harribel. “Souhaites-tu vraiment régler tes affaires avec Ichigo en étant recouvert de blessures?”, lui répondit la femme aux cornes de bélier.

“Seigneur, Ichigo est vraiment populaire, hein…?”, marmonna Kyoraku.

Le grand prêtre aussi se dirigea vers la sortie, pivotant sur ses jambes.

“Où allez-vous, grand prêtre?”
“Je m’en vais réveiller la Division Zéro.”

La Division Zéro.

Les Gardes Royaux sont des gardiens d’élites composés de cinq membres, incluant le grand prêtre Ichibē. On dit d’eux qu’ils sont comparables à l’entièreté des forces armées du Gotei 13.
Chaque membre est un pionnier dans son domaine, qui a créé des symboles tels que le Zanpakutō ou le shihakusho des capitaines, qui peuvent être décrits comme les fondations des shinigami modernes. Peut-être pourrait-on dire de ces hommes et de ces femmes qu’ils ont créé l’histoire de la Soul Society, en partant de rien.

Toutefois, avant d’arriver au Palais du Roi, on avait rapportée à Kyoraku qu’excepté le grand prêtre lui-même, la Division Zéro avait été massacrée par Yhwach et ses subordonnés.
Kyōraku inclina la tête au mot “réveiller”, mais la réponse qu’il cherchait sortit bientôt de la bouche du grand prêtre.

“Mon sang et ma chair n’ont pas été convertis en Oken pour le plaisir, vous savez. La pression spirituelle entourant le Palais de chaque membre de ma Division est quasiment fusionnée avec la pression spirituelle de leur possesseur. Tant que les Palais ne sont pas totalement détruits, il me suffit d’appeler leur nom pour les ramener à la vie. ”
“La défaite d’Ichigo aurait alors été des plus défavorables pour votre Division, n’est-ce pas?”

Lorsqu’Yhwach était devenu le Roi des Âmes, il avait remodelé son Palais en “Wahrwelt”. Si Yhwach était encore en vie, les derniers vestiges des Palais auraient rapidement été remplacés. Excepté le grand prêtre, la Division Zéro aurait pu être littéralement effacée.

“La Division Zéro ne peut mourir si facilement. Je ne les laisserai pas disparaître si facilement. Tel est leur destin. Enfin, en tout cas, Oetsu et les autres vont devoir travailler bien plus dur maintenant.”

Le grand prêtre parlait encore de sa voix si détendue, si particulièrement similaire à celle de Kyoraku en temps de paix. Son geste était aussi détendu que sa voix, se grattant la barbe en admirant le ciel.

“Il semblerait qu’une jeune personne ait profité de ces temps troublés par la guerre pour accomplir quelque dessein malicieux...”

Une heure plus tard – Palais du Roi des Âmes – Hōōden

“…Oh. J’me suis fait avoir, hein!”

Ōetsu Nimaiya, grâce aux efforts du grand prêtre, venait à peine de revenir de la frontière entre la vie et la mort.

Il portait sa tête déjà lourde de fatigue dans ses mains. Dans les profondeurs du Hōōden, il devait y avoir une mer dont le diamètre correspondait à celui de son palais, et au fond de cette mer, il devait y avoir une épée.

Il ne restait que les ruines d’une porte de fer, et les fragments d’une corde shimenawa (normalement utilisée pour créer un cordon autour d’une zone sainte, ou sacrée) découpée pour l’accueillir, le regardant platement à travers ses lunettes.

Un certain Zanpakutō était censé être scellé ici.
Toutefois, ce sceau avait été regrettablement détruit, et il n’y avait plus une trace du Zanpakutō devant être scellé ici.

La fille se tenant aux côtés d’Oetsu – Mera Hiuchigashima, un esprit de Zanpakutō qui était également un garde du corps de Nimaiya – lâcha un long soupir en constatant la situation.

“Alors ça se finit comme ça quand le maître s’excite trop, hein. P’tin.”

Cette épée était habituellement préservée au fond de la mer, dans un endroit des plus difficiles à atteindre. Cependant, toute la mer s’était évaporée lorsque Zangetsu, le Zanpakutō d’Ichigo, avait été reforgé ici. Le plancher marin était donc tout à fait asséché, et vulnérable.

“Bien que ce soit une urgence, je crains que les conditions défavorables ne se soient accumulées,” dit Ōetsu en remettant ses lunettes en place, scrutant les alentours.

Tout les gardes postés ici étaient hors de combat. Les gardes d’Oetsu, ce qui inclut Tokie Tonokawa et Nomino Nonomi, s’efforceaient de ramener chacun d’entre eux à la vie.
Les hommes chargés de protéger l’épée avaient donc tous été vaincus.
Ōetsu plissa les yeux. L’émotion dans ses yeux – enveloppés d’une rage discrète – elle était différente de celle qu’il avait ressenti en affrontant Yhwach et son Schutzstaffel.

“Et maintenant, par dessus tout…y’a une raclure qu’a profité de l’état d’urgence de Soul Society pour s’introduire ici et me dérober cette lame.”

Parmi les Zanpakutō transformés en forme humaine qui gisaient maintenant sur le sol (bien qu’ils étaient tous relativement compétents), ils arboraient des blessures fort étranges par plusieurs aspects.

Certains souffraient de brûlures, d’autres étaient partiellement gelés, d’autres encore étaient animés de spasme comme s’ils subissaient un courant électrique, ou avaient leurs chairs pourries par le poison, ou étaient parsemés de trous, ou avaient eu leurs membres écrasés par une arme contondante.
Mera fit claquer sa langue alors qu’elle observait les gardes parsemés de blessures, qui avaient été distinctement infligées par un Zanpakutō.

“Nom d’une pipe, ils sont venus à combien? S’ils sont aussi balaise militairement, c’est la guerre qu’ils devraient faire...”

Alors, un des Zanpakutō qui était revenu à lui hocha la tête en entendant parler Mera.

“C’est pas comme ça…”
“Hé, ça va? 'Pas comme’ quoi?”
“Ils étaient seuls… quand ils ont attaqué cet endroit… il n’y avait qu’une seule personne...”
“……?”

Mera pencha de plus en plus la tête en ruminant ce témoignage.
S’il disait la vérité, alors ces différents types de blessures étaient absolument impossibles.
Toutefois, Ōetsu eut une réaction différente. Il plissa les yeux derrière ses lunettes tintées en souriant, puis hocha furieusement la tête en écartant les bras, comme s’il éprouvait une satisfaction intense.

“Je vois, je vois, bien bien bien. Exactement! Alors c’est ainsi!”
“Tentez pas de vous convaincre vous-même. Ça m’donne la chair de poule, maître.”
“Tu es si dure, Mera chérie. Cette petite discussion nous permettra de déterminer qui est notre suspect.”

Ōetsu réfléchit quelques instants, puis ramassa une partie de l’étoffe du sceau qui était éparpillée sur le sol, en se pensant à une personne bien spécifique. Alors qu’il observait de fragment d’étoffe (on aurait dit que quelque chose l’avait arraché de ses dents), il se marmonna à lui-même.

“Aucune épée ne devrait être maniée par une racaille…mais "Ikomikidomoe” n’est pas une épée qui peut être maniée par une racaille, déjà.“

Alors qu’il murmurait le nom du Zanpakutō disparu, Ōetsu contemplait l’espace vide, empli d’une légère tristesse, et de colère, en tant que forgeron. Ses yeux, eux, étaient empreints d’un doute pesant.

"Si c’est ainsi, je me demande qui à l’intention de le manier… ô 4 grandes familles nobles.”

Et avec la conclusion de la guerre, les portes du Palais du Roi des Âmes se refermèrent de nouveau.

L’atmosphère glaciale rappelle à chacun les séquelles de la guerre, et l’influence toujours aussi prégnante du Roi des Âmes. Plus encore se font sentir les charbons encore ardents de la calamité.

Ou comme on peut les appeler alternativement…
L’absence de châtiment envers les différents “crimes” persistants depuis l’aube de la Soul Society, flottant dans son épais Reishi.

Hors ligne LordCaelistis

  • Âme errante
  • *
  • Messages: 4
  • Reiatsu: 0
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #5 le: mardi 22 août 2017, 23:59:07 »
Dans la Soul Society, il existe un homme.

Un homme qui révérait le shinigami qui lui avait un jour sauvé la vie, et dont il espérait suivre la voie.

Cet homme, bien qu’était un paysan du Rukongai, avait fait preuve d’excellents résultats à l’académie Shinō et avait atteint le poste de vice-capitaine. Droit et juste, fidèle aux ordres, ne craignant pas les blessures pour sauver ses camarades, allant jusqu’à mettre sa propre vie en jeu, si c’est pour le bien de la Soul Society.

En plus de cela, c’est un homme capable de pitié envers les criminels et ses ennemis. Bien qu’il préfère un combat honnête et juste, pour une cause morale, il pourra se cacher dans la boue, et pourfendre ses ennemis d’une attaque surprise.

Shinigami.

C’est une personne donnant la mort à ses ennemis.
C’est une personne purifiant les morts de ce monde.
Et c’est une personne qui transforme les morts du Monde Humain, en purification.

Il est évident qu’on pourrait le désigner comme le shinigami modèle, l’exemple à suivre.
C’est un homme qui incarne pleinement le devoir d’un shinigami du Gotei 13, dans le bien comme dans le mal.

Le nom de ce shinigami est Shūhei Hisagi.

La position de vice-capitaine de la Division Neuf est suffisante pour lui octroyer une place parmi les archives de la Soul Society. Son talent et sa force tracent une ligne claire le séparant des soldats communs.

Toutefois, bien que les noms restent inscrits dans les archives de la Soul Society, il existe encore une frontière évidente entre cela, et rester inscrit dans les mémoires des gens, comme le commandant Yamamoto, le capitaine Kenpachi, ou bien Ichigo Kurosaki.
Sont inclus là-dedans des aspects tels que 'être un vice-capitaine digne de son nom’.

Que cette évaluation reçoive des félicitations ou même le ridicule, Shūhei Hisagi ne le sait même pas.
Quoiqu’il en soit, il ne changera jamais sa façon de vivre, même s’il le savait.
Car il avait déjà choisi sa façon de vivre.

Quand un shinigami avait sauvé sa vie?
Quand il s’était enrôlé dans l’académie Shinō et avait tenu son propre Zanpakutō pour la première fois?
Quand il avait perdu ses camarades dans un exercice de terrain?
Quand il avait découvert la façon de vivre de l’homme qu’il devait suivre, et dont il avait juré de devenir le vice-capitaine?
Ou quand il avait pourfendu cet homme de ses mains?

Le moment où il avait choisi sa façon de vivre, d’être un 'Shinigami’, n’était clair pour personne.
Shūhei Hisagi lui-même l’ignorait peut-être encore, alors qu’il continuait d’explorer sa voie.

Seireitei – En face des baraquements de la Première Division.

“Alors, avez-vous des dernières paroles?”

La remarque du capitaine commandant résonne doucement autour du criminel.

Quelques jours après la conclusion de la guerre avec les Quincies

Les étranges créatures semblables à de grands oiseaux, qui s’étaient écrasées sur le Seireitei, avaient enfin été enlevées. Et bien que la puanteur de la mort s’était considérablement réduite dans les environs – comme pendant la guerre, il subsistait devant les baraquements de la Première Division une épaisse mélasse de tension et de peur.

Autour de Kyoraku, le capitaine commandant, se trouvaient du personnel du pénitencier Muken, plus bas niveau de la prison souterraine, et tout les capitaines déployés en cas d’urgence.
Sōsuke Aizen, l’homme accusé de haute trahison et temporairement relâché du Muken, est prêt à être réincarcéré.
La situation voulait que bien des shinigami étaient décédés en affrontant les Quincies, et la majorité des survivants devaient encore recevoir des soins.

Avec l’assistance d’Orihime Inoue, bien des shinigami se trouvant aux portes de la mort purent garder la vie sauve. Toutefois, son Sōten Kisshun était bien peu indiqué pour restituer la pression spirituelle perdue.

Bien que les blessures puissent être guéries par ce pouvoir, s’il venait à restituer leur pression spirituelle d’origine, la force physique d’Orihime ainsi que la vie des autres patients deviendraient instables et incertaines.

En conséquence, Orihime était chargée de traiter les patients les plus atteints, qui ne pouvaient être sauvés par personne d’autre. Une fois leur état stabilisé et leurs pires blessures refermées, la Quatrième Division se chargeait de continuer leur traitement.

Bien qu’il pouvait régénérer le torse de certains Arrancars, même le pouvoir d’Orihime avait une limite.
Sōten Kisshun était bien incapable de ramener à la vie ceux qui étaient morts depuis longtemps, ceux dont les âmes avaient été totalement éteintes, ou ceux dont il ne restait pas une miette.

Après les très nombreuses pertes qu’ils subirent, bien des shinigami restants se sentaient également totalement désemparés et insignifiants – et pourtant, les nouvelles de la victoire suffirent à encourager le Gotei 13, et à se ressouder en une armée tenace.
Bien que la notion de mesures exhaustives de sécurité était totalement futile face à Sōsuke Aizen, ils devaient tout de même procéder à sa réincarcération avec la plus grande vigilance.

Quoi qu’il en soit, seul le capitaine commandant Kyoraku pénétrera l’enceinte du Muken.
Kyoraku n’avait demandé les dernières paroles d’Aizen que comme formalité, bien qu’il était conscient que permettre à Aizen de parler sans garde-fous était dangereux. Même dans son état actuel, solidement attaché dans un fauteuil et avec plusieurs membres scellés, il restait capable d’employer le Kidō. Chaque mot sortant de sa bouche pouvait dissimuler un plan pernicieux.
Kyoraku pensait qu’il devait immédiatement sceller sa voix si jamais il disait quelque chose de dérangeant, mais alors qu’il ruminait cela, Aizen secoua sa tête avec un sourire provocant.

“C’est fort dommage, mais je crains qu’il n’y ait personne ici qui soit assez digne pour que je lui confie ma parole. Cela inclut même vous, capitaine Kyoraku.”
“Content de le savoir. Cela veut dire que vous n’êtes digne de parler qu’à vous même, et que vous n’êtes qu’une calamité pour les autres.”
“J’aurais voulu parler un peu plus à Ichigo Kurosaki. Mais Kisuke Urahara est attentif même aux plus petits détails, n’est-il pas?”

Ichigo reprenait actuellement ses forces à la résidence de Kukaku Shiba dans le Rukongai, avec son père Isshin, ainsi que Orihime Inoue et les autres.
Si l’on considère son potentiel de guerre, Ichigo aurait probablement du être présent pour sceller Aizen. Cependant, son absence était une mesure de précaution contre Aizen, au cas où il puisse influencer d’une manière ou d’une autre son Hollow intérieur.

“Parce que ce cher Ichigo est à l’origine un étranger, hein? A part ça, si vous aviez quelque chose à lui dire, ne croyez vous pas que vous avez déjà réglé toutes vos affaires ensemble?” prononça Kyoraku en évitant subtilement le sujet. Il ajusta son chapeau conique et dévisagea Aizen de son œil gauche, encore intact.

Bien que les sceaux déjà puissants aient été renforcés grâce à Kisuke Urahara, il était hors de question de baisser sa garde.
Mayuri Kurotsuchi venait à peine d’émerger de sa machine stabilisatrice de vie. Il avait essayé de créer de nouvelles mesures lui-même, mais il s’était avéré qu’il n’avait pas le temps pour cela.

“Vous faites confiance aux contre-mesures d’un type comme Urahara, hein?” avait-il dit.
“Alors, y allons-nous? Je prie pour que vous soyez un allié de la Soul Society une fois que vous aurez purgé votre peine de prison.”
“Vous exprimez là un sentiment étranger à votre cœur.”

Sans même regarder Kyoraku, Aizen tissait ses phrases avec précaution, souriant comme s’il pénétrait sans effort la vraie nature des choses.

“Quoi que l’on en dise, croyez-vous vraiment que la Soul Society survivra jusqu’au terme de ma sentence?”
“Bien sûr. Car c’est notre devoir.”
“Vous l’avez également vu au Palais du Roi des Âmes, n’est-ce pas? Le péché originel de cette Soul Society.”
“……”

Étrangement, Aizen arborait la même expression que son ancienne subordonnée Harribel désormais.

Kyōraku comprenait.

Il avait vu par lui-même ce dont parlait Aizen au sein du Palais du Roi des Âmes.
Il se garda de répondre à Aizen. Il resta silencieux alors qu’il s’apprêtait à ouvrir la voie vers Muken.

Même s’il avait une réponse à la question d’Aizen, il pensait qu’il ne devrait répondre que dans un endroit où sa voix n’atteindrait pas les autres capitaines. Autrement dit, au sein de Muken.
Aizen ne s’attendait pas non plus à recevoir une réponse, mais il continua alors de parler sur un ton des plus cyniques, comme si son regard perçait le cœur de Kyoraku, ou des shinigami les entourant.

“Vous êtes un homme à la parole réservée. Craignez-vous que converser avec moi portera à votre mémoire le souvenir d’autres traîtres? Comme Tosen Kaname.”

Dans le moment qui suivit, un cri plein de rage résonna dans les baraquements de la Première Division.

“Ne vous foutez pas de nous!”

Ce n’est pas Kyoraku qui, emporté par la colère, avait élevé la voix.
C’était un shinigami qui souffle court, qui arrivait en courant.

Un jeune shinigami, aux cicatrices et tatouage caractéristique sur son visage – le vice-capitaine de la Neuvième Division, Shūhei Hisagi.
Son corps recouverts de bandages faisait peine à voir. Il semblait qu’il venait de se glisser hors du sanatorium de la Quatrième Division.

En fait, on ne pouvait le décrire que comme étant recouvert de blessures des pieds à la tête.
Il s’était fait tirer dessus par Lille Barro, membre des Schutzstaffel d’Yhwach. Le tir l’avait amené aux portes de la mort. Son Saketsu et son Hakusui, que l’on peut décrire comme étant le cœur de tout shinigami, avaient été endommagés.

Toutefois, Le X-Axis de Lille ne produisant que des blessures d’une netteté parfaite, ses tissus corporels (à l’exception du trou percé dans sa poitrine) n’avaient pas été détruits. Miraculeusement, il put échapper à la mort.

Hisagi avait reçu un traitement médical d’urgence de la part d’Orihime pour guérir ses blessures physiques, mais la pression spirituelle perdue lorsque son Hakusui fut endommagé ne pouvait pas être régénérée si facilement. Hisagi était resté dans un état comateux durant plusieurs jours.
Bien qu’il ne soit pas totalement guéri, il était arrivé en face d’Aizen, sur le point d’être scellé.
Hisagi ne s’employait pas à défier la mort et ses blessures sans raisons. Son supérieur et capitaine, Kensei Muguruma, se trouvait encore dans les capsules médicales de la Douzième Division afin d’inverser son état de zombie, et le ramener à la vie. Il devait donc à tout prix remplir son devoir de vice-capitaine.

C’est pour cela que bien qu’étant à peine capable de bouger, il essayait d’assumer ses responsabilités, sans baisser sa garde.
Et une autre raison – c’était logé dans son subconscient, mais il ressentait un besoin impérieux de voir l’emprisonnement d’Aizen, l’homme qui avait mené son ancien capitaine Kaname Tōsen à sa ruine, de ses propres yeux.

En vérité, il aurait du comprendre ce qui se trouvait dans son cœur.
Si Aizen était de nouveau emprisonné, tout allait aller paisiblement.
Hisagi serra le poing en une boule compacte et essaya de se retenir, songeant qu’il ne pouvait absolument pas se permettre de compliquer la conversation avec ses propres rancunes.
Toutefois, cette résolution fut vite brisée par les paroles d’Aizen, qu’il entendit dès qu’il fut auprès de lui.

“Vous voudriez dire que le capitaine Tōsen…à plié ses convictions à des paroles comme les vôtres…?”
“Ne parle pas d’une manière aussi étrange, Shūhei Hisagi,” répondit calmement Aizen, face à Hisagi qui se laissait emporter par la colère.
“Te demandes-tu à quel moment je fus le témoin du renoncement de Tōsen à ses vœux de shinigami? Lorsque tu devins shinigami, Tōsen était déjà mon subordonné depuis bien longtemps.”
“……!”
“Shūhei, ta colère est légitime. Désolé de te demander ça, mais pourrais-tu te retenir tout de même?”
“……oui, compris, capitaine commandant,” répondit Hisagi à la remarque de Kyoraku. On aurait dit qu’il s’apprêtait à porter la main à son zanpakuto. Hisagi calma les troubles de son cœur, et s’adressa plutôt à Aizen.
“Vous avez peut-être fait front commun avec Kurosaki pour vaincre Yhwach, mais… quoi que vous essayiez de faire, pour moi, vous serez toujours l’homme qui à mené le capitaine Tōsen à la ruine.”

La vengeance.
Combien de fois le nom 'Aizen’ a-t-il porté cette idée à son esprit?
Toutefois, c’était aussi positif que négatif. Cette notion appelait à considérer deux sens, deux voies.
En son cœur se trouve une haine certaine pour Aizen, qui a corrompu l’homme de bien qu’était Tōsen pour le mener à la ruine.
D’un autre côté, Hisagi était traversé de doutes et frustrations, engendrés par sa honte de penser à une chose si peu honorable.

Du point de vue d’Hisagi – qui était happé par son désir de vengeance et avait agi afin de remettre Tōsen dans le droit chemin – pour lui, parler de vengeance ne faisait que bafouer les shinigami, le capitaine Komamura qui l’avait rejoint sur le champ de bataille, et par dessus tout, Tōsen lui-même.
Comme s’il lisait l’esprit d’Hisagi, Aizen arbora un fin rictus et assembla ses mots cruels.

“L’éternité n’est pas chose dont on peut parler avec légèreté, n’es-tu pas d’accord? Même les convictions premières de Tōsen n’étaient pas éternelles.”
“……ugh! En parlant de ça, tu…”

La voix enragée d’Hisagi fut refoulée par la voix forte et impérieuse d’Aizen.

“Il semble que tu te méprends sur une chose.”

Une voix calme.
Et pourtant, une voix épaisse empreinte d’une force distincte, qui avait tu sans mal les cris d’Hisagi.

“Je n’ai pas tué Kaname Tōsen de mes mains comme un châtiment pour les restes d’un soldat vaincu, qui mérite quelque punition.”

Une pause momentanée.
Aizen encapsula toute sa volonté en ces quelques mots, abasourdissant l’assemblée.

“Ce n’était que ma pitié.”

Hors ligne LordCaelistis

  • Âme errante
  • *
  • Messages: 4
  • Reiatsu: 0
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #6 le: mardi 22 août 2017, 23:59:47 »
L’air qui les entoure se gela à ces mots.
Non seulement Hisagi, mais également Kyoraku et les autres capitaines présents furent, au départ, incapables de déchiffrer la signification de cette phrase.
Dans ce silence tout relatif, Hisagi fut le premier répondre, son poing fermé tremblant.

“Ta… pitié?”

Après la proclamation effronté d’Aizen, la fureur d’Hisagi bouillait de plus belle.
Pas envers Aizen.
Mais envers sa propre faiblesse, qui avait laissé un tel homme tuer le capitaine Tōsen.

“Si c’est vrai… à quel point tu t’es foutu de Tōsen, espèce de salaud?”

Contrastant avec Hisagi, Aizen continua de parler sans aucunement être perturbé.

“Telle que se présentait la situation, il était évident que soit Orihime Inoue ou Retsu Unohana arriveraient, et tenteraient de sauver la vie de Kaname Tōsen. Mais tous autant que vous êtes, vous êtes bien incapables de saisir ce que cela aurait signifié pour lui.”
“……?”

"Si Kaname Tōsen était resté en vie, chaque fibre de son être aurait un jour succombé à un désespoir parfaitement inégalé. Son cœur aurait dépéri et pourri totalement et irrémédiablement. Il m’était impossible de laisser cet homme, qui était si magnifiquement prêt à mourir pour sa cause, s’enchevêtrer plus avant dans le désespoir. Pour cette raison, j’ai accordé ma pitié par respect à mon subordonné qui m’était le plus loyal. C’est tout ce qu’il s’est passé.”

Shūhei était incapable de pleinement comprendre ce que son interlocuteur lui disait. Malgré cela, il semblait improbable qu’il soit en train de le tromper avec une vague excuse. Aizen continua de s’adresser à l’assemblée des shinigami présente, plus qu’à Hisagi, perplexe.

“L’heure viendra où vous le saurez tous, également. La vérité sur cette Soul Society… et comment les shinigami sont modelés par ses doucereuses illusions.”
“……devrions nous aller vraiment si loin? Vous êtes terriblement bavard.”

Coupant le monologue d’Aizen, Kyoraku ordonna au personnel pénitencier de se mettre en route vers Muken.

“Attendez, capitaine commandant! Qu’est-ce qu’il essaie de raconter……”
Soi Fon, capitaine de la Deuxième Division, se tint face à Hisagi, lui barrant le passage.
Elle tordit alors un de ses bras, tout en passant dans son dos.

“Il suffit! Ne crois pas que tu sois la seule personne à qui il ait volé des proches!”
“ *déglutit*……! Mais, capitaine Soi Fon…!”
“Si tu ne veux que te venger quelqu’un à ton bon plaisir, alors nous nous occuperons de toi également ! Ta conduite n’est qu’une nuisance qui désordonne ton entourage !”
“……”

Hisagi Shūhei en était bien plus clairement conscient que n’importe qui d’autre.
Par lui-même, il était incapable de lutter contre la toute-puissante présence d’Aizen.
Que pouvait-il accomplir si les simples paroles d’Aizen le jetaient dans une telle rage aveugle?
Même lorsque notre cœur est empli de haine, nous n’éprouvons pas nécessairement le désir de tuer. Cela dit, pardonner ou oublier est hors de question. Hisagi avait compris cela il y a déjà bien longtemps.

Alors qu’Aizen était emmené dans son fauteuil, il inclina la tête et portera son regard sur Hisagi.
“—"Frapper de sa lame ainsi que nous dicte notre devoir est le travail d’un capitaine. Frapper de sa lame ainsi que nous dicte la haine n’est rien que de la violence crasse.” Tōshirō Hitsugaya m’a un jour dit cela.“

” *déglutit*……"

Après ces mots, Hisagi se sentit incapable de répondre quoi que ce soit.
Il ressentait qu’il était loin du rang de capitaine, mais il pensait tout de même qu’Aizen était dans le vrai. Plutôt que de le réfuter, Hisagi baissa les yeux, ses dents grinçant les unes contre les autres de frustration.
Néanmoins, Aizen épargna l’humiliation à Hisagi.

“Sois en assuré, ce que tu portes en toi n’est nulle haine. Ce n’est que de la sentimentalité envers Tōsen Kaname, que tu as perdu, et la forte impression qu’il t’a laissé.”
“Que…?”
“Tu devrais te souvenir. Peu importe combien notre résolution est ferme, il nous est impossible d’abattre un homme en maniant seulement nos sentiments.”
“……ugh!”

On put alors entendre Kyoraku claquer des mains pour rompre cette conversation.
“Très bien, très bien, nous vous avons bien laissé parler, hein? Pourriez-vous arrêter d’intimider ces enfants avec votre pression spirituelle? Personne ici n’est digne de se voir confier votre parole, je crois?”

En réponse à ces paroles, les shinigami tournèrent leurs yeux vers le personnel pénitencier – qui portaient le fauteuil où Aizen était scellé et immobilisé – tout leur corps était baigné d’une sueur froide.

“Ces gens ne me sont qu’une amusante distraction. Puisque je devrai maintenant consacrer mes journées à un ennui mortel, si le futur de la Soul Society peut changer même sur un point de détail par la seule force de mes paroles, je devine qu’il sera des plus amusants.”

“Seigneur… je ne dirais pas que vous avez une idée très saine de l’amusement.”

Le personnel pénitencier fut enfin relâché de l’emprise de sa pression spirituelle. Ils reprirent leur souffle, paniqués, alors qu’ils avançaient de nouveau.
Alors qu’il disparaissait progressivement dans la prison souterraine, comme s’il cherchait à atteindre quelque chose, Aizen continua à bombarder les shinigami de ses paroles d’une voix toujours aussi placide.

“Si vous souhaitez connaître la vérité sans obstruction ni artifice, alors luttez en sacrifiant votre propre chair, votre propre sang, votre propre âme.”

Enfin, s’adressant à Hisagi qui restait comme sonné, avec quelques mots que certains considéreraient comme une conclusion superflue.

“Tout du moins, Tōsen fut capable d’accomplir cela. Je me demande si ce n’est pas à toi de le savoir?”

Ainsi disparut dans les profondeurs des ténèbres l’atroce criminel.

Bien que le discours d’Aizen avait entrepris une vue philosophique du monde et ne pouvait pas correspondre au discours d’un prisonnier, et bien qu’il plissait les sourcils de désapprobation, en dévisageant les shinigami qu’il considérait comme d’insolents perdants incapables de reconnaître leur défaite – nombreux furent ceux parmi les capitaines qui durent enfermer dans un coin de leur cœur la vérité suivante : Aizen est une homme qui aime jouer avec les mensonges et les duperies, mais on ne peut dire de ses paroles qu’elles sont vides de sens.

Hisagi fut incapable de réorganiser ses émotions jusqu’au tout dernier moment, et les paroles d’Aizen se logèrent comme un poison léger dans son cœur.
Ce poison ne distordit aucunement le cœur d’Hisagi, mais à la place, il rongea tout doucement le destin de cet homme, et sous peu de temps, il l’attirerait dans un combat.
Ou peut-être était-ce un destin qu’il se devait de suivre tant qu’il était un shinigami, en suivant la voie de Tōsen, même si Aizen n’avait laissé aucun poison comme héritage.

Shūhei Hisagi n’est ni un prophète ni omnipotent, il est naturel qu’il ignore tout de son propre futur.

Il n’est pas un héros qui frappait les esprits et s’inscrivait dans les mémoires comme Ichigo Kurosaki,
Ni une brute à la puissance inégalée comme Zaraki Kenpachi,
Ni un homme à l’infinie sagesse comme Kisuke Urahara,
Il n’est pas un génial inventeur comme Mayuri Kurotsuchi,
Il n’a pas le noble statut de Byakuya Kuchiki,
Il n’est pas un prodige comme Tōshirō Hitsugaya,
Il n’a pas d’expérience semblable à celle de Genryusai Yamamoto,
Nulle flamboyance similaire à Shunsui Kyoraku,
Nulle vigueur pareille à Sajin Komamura,
Nul courage identique à Kensei Muguruma,

Il possède bien quelques qualités, comme l’auto-dérision lorsqu’il sortait boire avec ses camarades. “Que je vise le poste de capitaine ou que je reste vice-capitaine, faut avouer qu’il me manque encore beaucoup de qualités pour les deux.”
En d’autres mots, il ignorait encore ce qui faisait sa fierté en tant que shinigami.
Shūhei Hisagi l’ignorait encore.

Pour protéger tout ce sur quoi reposait le Gotei 13, et qui leur était maintenant chose commune et acquise, ils lutteraient en portant le destin du monde sur leurs épaules.
Ce ne fut que six mois après la conclusion de la guerre qu’il dût affronter cette réalité.

Hors ligne Wesker1984

  • Âme errante
  • *
  • Messages: 2
  • Reiatsu: 0
  • Sexe: Homme
Re : Bleach: Can’t Fear Your Own World
« Réponse #7 le: dimanche 10 septembre 2017, 22:35:13 »
Une blogueuse a fait une traduction entière des sept partie de Bleach: Can’t Fear Your Own World! Voici le liens pour ceux qui veulent lire cet oeuvre au complet:

http://missstormcaller.tumblr.com/CFYOW

La traduction est en anglais toutefois.
"Consume everything, demon of the blood-thirsty sword."