Dragon Ball Super – Broly : Nouvelles interviews de Toyotarô et Masako Nozawa (Gokû)

Dragon Ball Super – Broly : Nouvelles interviews de Toyotarô et Masako Nozawa (Gokû)

Le site japonais Da Vinci News a interviewé Masako Nozawa, la seiyû de Gokû, Gohan, Goten ainsi que Toyotarô mangaka de la série Dragon Ball Super. Tout ceci est bien évidemment pour la promotion du film Dragon Ball Super – Broly. Ce sont des interviews sans spoils, vu que maintenant quand il s’agit de Dragon Ball Super Broly, tout le monde a peur de se faire spoiler.

Interview de Toyotarô

Je ne suis pas le disciple ou quelque chose dans le genre de Toriyama-sensei, je suis qu’un simple fan qui dessine pour le plaisir. Il y a surement des gens plus doués que moi pour reproduire son style artistique, et des gens plus doués pour dessiner des scènes de combat ou comiques. Évidemment, je me donne à fond pour être le meilleur, mais j’ai encore un long, long chemin pour y arriver, donc c’était un incroyable honneur de dessiner cette suite. Si j’y pense objectivement, je ne serais pas capable de dessiner à cause de toute cette pression, donc j’essaie de ne pas trop y penser (rires).

Broly a été l’un de mes personnages préférés depuis longtemps. Quand il est apparu la première fois dans le film des années 90, je me suis dit que les enfants l’aimaient surtout parce que c’était un Super Saiyan. Je suppose que rien n’est plus cool que d’être le plus puissant. J’ai dessiné Broly depuis petit, donc je voulais le dessiner encore. Même un simple dessin de lui debout permet d’avoir une bonne illustration, donc je me suis dit que ce serait incroyablement attractif s’il apparaissait dans le manga.

En regardant de plus près, peut-être que l’attractivité de Broly est qu’il est scellé avec un passé. Contrairement aux méchants qui sortent de nulle part, nous voyons ici les circonstances tragiques qui ont amené Broly à devenir si puissant, ce qui le fait se sentir spécial. Avec ce nouveau film, Toriyama-sensei a utilisé Broly pour mettre en place une histoire connectant tout, depuis la naissance des Saiyans jusqu’à Freezer avec des destins croisés jusqu’à nos jours, donc je dirai que c’est un film plutôt important.

Freezer a une position très particulière en tant qu’empereur des méchants. Cell vient du futur, Majin Boo nous est ressuscité et vient du passé, mais peu importe à quel point ils sont puissants, leur histoire n’est pas trop détaillée. En comparaison, Freezer possède une histoire très connectée à la destruction des Saiyans, donc il est le grand méchant des temps modernes. Dans l’arc « Survie de l’Univers », je pense que tout le monde s’attendait plus ou moins à ce qu’il devienne l’allié de Gokû, mais dans ce film c’est un méchant. Ce qui attire chez Freezer, c’est qu’il est villain jusqu’à la moelle.

Bien sûr, j’aime le manga original plus que tout, mais j’aime aussi l’anime, les jeux, tout. La génération qui a grandi en tant que fan donne maintenant toute son énergie pour réaliser les nouveaux animes, les jeux et les mangas. J’ai l’impression que l’on travaille tous pour construire le Dragon Ball World. Je continuerai à dessiner Dragon Ball aussi longtemps qu’on me le demandera.

Interview de Masako Nozawa

Gokû est comme un autre moi. Nous avons aussi des personnalités similaires. Gokû ne se soucie pas de ce que les gens pensent de lui, n’est-ce pas ? Je suis pareil : aussi longtemps que je ne dérange pas les autres, je me fiche de ce qu’ils pensent de moi. Après tout, j’interprête Gokû depuis plus de 30 ans, donc maintenant nous sommes comme deux cœurs qui battent à l’unisson. Je ressens toujours Gokû à mes cotés, prêt à intervenir à tout moment. En effet, je deviens Gokû dès que je rentre dans le studio d’enregistrement. (rires)

Le film enchaîne les combats les uns après les autres, donc mon souvenir principal c’est de crier constamment « Ouaaah ! » Après l’enregistrement, Bin Shimada-san qui interprète Broly était épuisé de crier autant, donc je lui ai tapoté l’épaule et j’ai lui ai demandé si ça allait. Je savais qu’il serait épuisé de crier pendant aussi longtemps. Mais j’ai été habitué à enregistrer pour des animes hebdomadaires, donc ça allait pour moi ; j’ai juste ressenti que je criais plus fort que d’habitude. Je ne suis jamais fatiguée. Je suis vraiment très curieuse de comprendre ce que le mot « fatiguée » veut dire (rires).

Gokû ne se bat pas parce qu’il déteste son adversaire. Si quelqu’un agit de manière néfaste, alors il va se battre pour restaurer la paix, mais vu que ses adversaires sont puissants, il s’entraîne pour parfaire ses capacités également. Voilà pourquoi Gokû ne connait pas le concept « d’ennemis ». Une fois le combat terminé, tout le monde est ami. J’aime cet facette de Gokû. Même des gens comme Piccolo et de Vegeta ont été changé par leur contact avec Gokû. Au début je me disais que c’était de vrais abruti… mais maintenant je me dis qu’ils sont un peu comme mes amis (rires).

Broly est un personnage étrange. Il n’est pas villain par nature, donc vous ne pouvez pas vraiment le haïr. Il possède plein de bonté en lui, mais il ne le montre pas à l’extérieur. Je pense qu’en interagissant avec Gokû, ces facettes de lui qui étaient là font naturellement surface, et leur relation aura changé. J’espère que Gokû va continuer à rencontrer toute sorte de personnes et devenir une personne encore meilleure.

PS: Image de couverture réalisée par yokisaga_b colorisée par BK-81.

Dragon Ball © Akira Toriyama/Shueisha, Toei Animation, Fuji TV


Le film Dragon Ball Super – Broly sort le 14 décembre 2018 au Japon après une avant-première mondial le 14 novembre. En France, Viz Media Europe a acquis les droits de diffusion du film et prévoit de le projeter au cinéma en 2019. Aux États-Unis et au Canada, Funimation a prévu le film pour Janvier 2019 au cinéma.

Dragon Ball © Akira Toriyama/Shueisha, Toei Animation, Fuji TV

Source: Da Vinci News, http://www.dbmovie-20th.com | Traduction: Herms98.